Vous êtes ici : Accueil / Détail du document

Document

Ce document vous intéresse ?

Parmi les avis

Roman bouleversant que celui de Jean-Luc Coatalem : « La part du fils » paru chez Stock, au moment de la rentrée littéraire, sélectionné pour les Grands Prix de l’automne et récompensé du ‘Prix Giono 2019’. L’auteur habitué des récits d’aventures,...

part du fils (La) : roman

Auteur :


Editeur : Stock. Paris
Année de publication : 2019
Collection : Bleue
Resumé: Longtemps, je ne sus quasiment rien de Paol hormis ces quelques bribes arrachées. "Sous le régime de Vichy, une lettre de dénonciation aura suffi. Début septembre 1943, Paol, un ex-officier colonial, est arrêté par la Gestapo dans un village du Finistère. Motif : "inconnu". Il sera conduit à la prison de Brest, incarcéré avec les "terroristes", interrogé. Puis ce sera l'engrenage des camps nazis, en France et en Allemagne.Rien ne pourra l'en faire revenir. Un silence pèsera longtemps sur la famille. Dans ce pays de vents et de landes, on ne parle pas du malheur. Des années après, j'irai, moi, à la recherche de cet homme qui fut mon grand-père. Comme à sa rencontre. Et ce que je ne trouverai pas, de la bouche des derniers témoins ou dans les registres des archives, je l'inventerai. Pour qu'il revive". J. -L. C. Le grand livre que Jean-Luc Coatalem portait en lui.

ISBN : 978-2-234-07719-5
EAN : 9782234077195
Langue : français
Description physique :

  • 1 vol. (261 p.). 22 x 14 cm

Centre d'intérêt Guerre mondiale (1939-1945)

Genre Roman contemporain français

Sujet : Roman contemporain français ; Guerre mondiale (1939-1945)


Évaluation des lecteurs :

5/5 étoiles 1 avis

Vérification des exemplaires disponibles ...

Avis des lecteurs

  • 5/5 étoiles Un roman bouleversant, Le 03 juin 2020 à 16:04
    par Françoise, médiathèque de Petreto Bicchisano

    Roman bouleversant que celui de Jean-Luc Coatalem : « La part du fils » paru chez Stock, au moment de la rentrée littéraire, sélectionné pour les Grands Prix de l’automne et récompensé du ‘Prix Giono 2019’. L’auteur habitué des récits d’aventures, journaliste et romancier part, dans ce récit, tel un archéologue, sur les traces de son grand père : Paol, un ex-officier colonial, dénoncé à la Gestapo dans son village du Finistère pour motif inconnu. Il sera d’abord emprisonné avec les politiques et les terroristes puis déporté vers les camps nazis et n’en reviendra pas. De cette histoire familiale ni l’oncle du narrateur Rohan, membre des Forces françaises libres ni son propre père Pierre, administrateur colonial ne parleront au narrateur. Alors dit-il « un jour des années après, en dépit du temps passé, j’irai à la recherche de mon grand-père. Comme une rencontre. » Enquêteur têtu, il fouillera les archives et finira par faire le voyage jusqu’en Allemagne, au camp de Dora ou les prisonniers travaillaient sous terre à la construction souterraine de l’usine dans laquelle seront fabriqués les missiles v1 et V2, utilisés par l’Allemagne à la fin de la guerre et ancêtres des fusées américaines ! Ces hommes sont enfermés jour et nuit dans les tunnels, et, à cause des conditions atroces de vie et de travail, beaucoup meurent au bout de quelques semaines. Il ne s’agit pas d’un énième récit sur les camps, on y trouve des pages magnifiques sur les paysages de la Bretagne ou encore l’évocation de la France coloniale de l’Indochine, ce qui donne une résonance ‘historique ‘ à ce roman dans lequel, il est vrai les figures féminines sont peu présentes. Mais il s’agissait pour l’auteur de faire le travail : « la part du fils » que son propre père n’avait jamais pu accomplir, le tout dans une écriture fluide, intime et universelle.